top of page

PROJET DE LOI 105 : «Franchement, il y a des limites», souligne François Legault


Le Journal Politique

10 h 04 | Alae El Fikehi


Ayant importuné le déroulement adéquat des institutions scolaires, notamment les élèves ainsi que leurs enseignants, en plus d’avoir porté atteinte aux services de santé sous toutes leurs facettes, les manifestations liées à la crise sanitaire sont désormais interdites à moins de 50 mètres de tels endroits, indispensables pour la population particulièrement vulnérable.

Effectivement, la ministre de la sécurité publique Geneviève Guilbault a récemment déposé le projet de loi 105, comprenant 5 articles, une mesure longuement attendue.

Le projet de loi fit l’unanimité au sein de l’Assemblée Nationale, en plus d’avoir été adopté en quelques heures uniquement.


Les sanctions envisagées en cas de violation s’élèvent à une amende d’entre 1000$ et 6000$, une peine haussée en cas d’intimidation ou de menaces proférées.


Manifestations pacifistes autorisées


Madame Guilbault affirma que les revendications pacifiques ou chaînes humaines ne sont pas couvertes par la loi déposée, si elles ne sont pas liées à la crise sanitaire. Dans tels cas, les manifestations devront se dérouler dans un périmètre de plus de 50 mètres, conformément à la nouvelle loi.

Claire Samson, députée d’Iberville et également seule représentante du PCQ à l’Assemblée Nationale, exigea un retrait de ces mesures dans un délai de 30 jours. Le gouvernement possède toutefois le droit de prolonger ces interdictions en tout temps.


« Ces derniers jours, des élèves, des parents et du personnel scolaire ont été aux prises avec des situations difficiles, voire inacceptables. Les élèves doivent pouvoir se rendre à l'école en toute quiétude et sécurité.», avait communiqué Madame Caroline Dupré, présidente-directrice générale de la FCSSQ.


La loi 105, une atteinte à la liberté d’expression?


Le chef conservateur Éric Duhaime déclarait que l’adoption d’une telle loi nuisait significativement au droit de manifester, et était en soi de la discrimination envers certaines communautés sur la base de croyances politiques.

La députée Samson soutenait ses propos, ayant fait usage de l’expression «limiter la liberté d’expression de certains citoyens».

Celle-ci, bien qu’elle ait soutenu le projet durant l’intégralité du processus, n’exerça point son droit de vote à sa conclusion.


La Ligue des droits et libertés proteste


Le nouveau projet de loi dont il est question ne fut pas acclamé par La Ligue des droits et libertés, le jugeant comme nuisible au droit de s’exprimer, affirmant que celui-ci fut instauré de «manière injustifiée», une attaque à la liberté d’expression au sein de notre province.

La LDL affirma que des atouts et réglementations législatives déjà mises en place (tels que la Loi sur les services de santé et les services sociaux) sont à la disponibilité du gouvernement, et qu’il est ainsi inexplicable d’adopter un nouveau projet.


L’organisation souligne que les écoles sont des lieux d’apprentissage, où il est ainsi parfaitement adéquat que l’élève soit confronté à des points de vue contradictoires, pouvant ainsi enrichir son ambivalence, ainsi que son esprit critique et perspicace.


« Toute personne peut exercer son droit à la liberté d’expression et son droit de manifester, même si le message véhiculé est impopulaire. », déclarait Catherine Descoteaux, coordonnatrice de La Ligue des droits et libertés.


«On ne peut pas laisser une poignée de radicaux leur rendre la vie difficile»


Le premier ministre du Québec tint à mettre l’emphase sur les tours de force des travailleurs de la santé, durant cette période critique ayant accaparé le monde.

Selon M. Legault, il est de notre devoir d’épargner la portion de population davantage vulnérable, en leur assurant une protection fiable, instaurée de manière démocratique.


Il est à noter que le projet de loi 105 s’avère fortement inspiré de celui mis en place en 2016, dans le but de contrecarrer les manifestations anti-avortement ayant été perpétrées près de certaines cliniques.


Projet de loi 105, mesure de sécurité ou violation de la liberté d’expression?


46 views0 comments

Yorumlar


bottom of page