top of page

Quoi surveiller en 2022? : Les élections françaises

Les élections présidentielles françaises


Les Français seront appelés aux urnes une première fois le 10 avril. Ils devront faire un choix parmi la quinzaine de candidats et de candidates au poste de président de la République. Les 2 candidats ayant obtenu le plus de votes seront qualifiés pour le second tour. Le 24 avril, les Français iront voter une deuxième fois. Cette fois-ci, ils devront sélectionner l’un ou l’autre des 2 candidats qualifiés. Le vainqueur sera alors élu ou réélu président.


Afin de vous permettre une meilleure compréhension, je vous ai préparé une moyenne de l’ensemble des sondages concernant le premier tour effectués lors du mois de décembre dont je dispose.


Emmanuel Macron: 23,8%

Valérie Pécresse: 16,1%

Marine Le Pen: 15,8%

Éric Zemmour: 13,5%

Jean-Luc Mélenchon: 10,0%


À moins d’un revirement de situation majeure, le président sortant, Emmanuel Macron, devrait se qualifier pour le second tour. Il y affrontera sans doute l’un des 4 candidats présents dans la liste ci-haut.


La lutte pour la deuxième place, donc la qualification pour le deuxième tour, s’annonce féroce. Marine Le Pen, qui a longtemps fait partie du duo de tête, fait maintenant face à une grande épreuve. En effet, la candidature d’Éric Zemmour est venue diviser son électorat. Les 2 candidats qui se partagent à peu près le même électorat jouent du coude dans les sondages depuis quelques mois et aucun ne réussit jusqu’à maintenant à prendre le dessus sur l’autre. Cette division du vote permet pour le moment à la candidate de droite, Valérie Pécresse, de s’emparer de la deuxième place. De son côté, Jean-Luc Mélenchon a du pain sur la planche. Il doit réussir à subtiliser le vote des autres candidats de gauche s’il veut passer au second tour. En effet, afin de voir son maigre 10% redevenir un 19% comme en 2017, il devra recruter dans les camps d’Arthaud, de Poutou, de Roussel, de Jadot, d’Hidalgo, mais aussi de Macron.


Macron a le privilège d’agir en arbitre. Au-delà de sa qualification personnelle, s’il veut préserver son poste de président, il devra faire gaffe à ne pas avoir un adversaire trop féroce pour le second tour. En 2017, la qualification de Marine Le Pen lui a permis de recueillir le vote massif des opposants à cette candidate.


Selon les derniers sondages, un second tour lors duquel il affronterait Zemmour ou Mélenchon permettrait à Macron d’obtenir aux alentours de 65% des voix. Selon l’hypothèse selon laquelle il affronterait Le Pen, il obtiendrait à peu près 55% des suffrages. En revanche, s’il affronte Pécresse, on prévoit un résultat beaucoup plus serré. Certains sondages donnent même la candidate républicaine gagnante de cette hypothèse.


Les élections législatives françaises


En juin, après avoir élu ou réélu leur président, les Français éliront les 577 députés de leur Assemblée nationale.


Ce sera un premier test pour la nouvelle administration qui devra tenter d’être majoritaire.


Le mode de scrutin français diffère légèrement du nôtre. Les députés sont élus en 2 tours à moins qu’ils obtiennent plus de 50% des voix. Tous les candidats ayant obtenu les votes de plus que 12,5% des électeurs inscrits passent au second tour. Ainsi, plus le taux de participation est bas, plus les petits partis sont désavantagés.


La majorité présidentielle actuelle est bien établie. Formée notamment par La république en marche, Ensemble citoyens a fait élire 348 députés en 2017. Quant à elle, la droite parlementaire, essentiellement formée par les républicains, en comptait 142. Elle verra son pouvoir s’accentuer si Pécresse devient présidente. La gauche parlementaire, dont fait partie Mélenchon, en avait fait élire 62 et l’extrême droite de Marine Le Pen avait remporté 10 comtés.


Les principaux candidats à la présidentielle sont donc tous bien établis à l’Assemblée nationale sauf Éric Zemmour, ce qui pourrait devenir une de ses faiblesses.


Alexis Bastien, chroniqueur



74 views0 comments
bottom of page