top of page

Toute la députation de Québec Solidaire de retour aux prochaines élections

ÉLECTIONS PROVINCIALES 2022


Le Journal Politique

11 h 08 | Alae El Fikehi


Ayant débuté suite à l’alliance de l’Union des forces progressistes et d’Option citoyenne en 2006, formant aujourd’hui la deuxième opposition officielle à l’Assemblée Nationale avec 10 sièges sur 125, Québec Solidaire annonçait aujourd’hui

la candidature de l’intégralité de sa députation aux prochaines élections provinciales de 2022.

Lors d’un communiqué de presse, Gabriel Nadeau-Dubois, porte-parole de Québec Solidaire, faisait part de la nouvelle, en compagnie de sa collègue Manon Massé.


Le député de Gouin et chef parlementaire affirmait avec conviction que le parti gauchiste était en mesure de réaliser beaucoup suite à l’important gain d’expérience acquise.

Effectivement, suite aux précédentes élections provinciales au Québec ayant eu lieu en 2018, Québec Solidaire remportait 7 sièges supplémentaires, passant de 3 à 10, un tour de force ayant permis au parti de se hisser en tant que deuxième opposition officielle. Il s’agit entre autres de l’unique parti à l’Assemblée Nationale n’ayant perdu aucun siège aux élections, une prouesse encourageante pour QS.


«Chaque membre du caucus a pris du galon et de la maturité depuis 2018, nous formons ensemble une équipe redoutable», lançait Gabriel Nadeau-Dubois lors du communiqué de presse.


Québec Solidaire, déjà en mode préélectoral


Manon Massé, ex-cheffe parlementaire du parti, tenait à affirmer que la crise sanitaire ainsi que la situation pandémique permit à chacun et chacune de maturer et d’ainsi s’unifier.

Les expériences que Québec Solidaire ainsi que ses candidats durent affronter

furent un parcours enrichissant, favorable au parti ayant obtenu son premier siège en 2008, avec le candidat Amir Khadir.


Québec Solidaire, critiqué par la Coalition Avenir Québec?


Lors d’un débat de deux heures à l’Assemblée Nationale au sujet de la construction du tunnel Québec-Lévis, Marie-Eve Proulx, députée caquiste pour la circonscription de Côte-du-Sud, qualifiait Québec Solidaire de parti «colonialiste», pour s’être opposé à l’infrastructure.


Soulignons également le terme «woke» employé par le premier ministre actuel François Legault afin de qualifier Gabriel Nadeau-Dubois, à la Chambre le 15 septembre dernier.

Ce dernier jugeait M. Legault sur le fait qu’il semblait s’autoproclamer «père de la nation québécoise», en abordant par lui-même quelles étaient les valeurs de la population au Québec, le comparant ainsi à Maurice Duplessis.


Le premier ministre du Québec rétorqua ainsi en attribuant le qualificatif «woke» à GNB, terme employé afin de nommer un individu particulièrement sensible aux enjeux tels que les injustices sociales, le racisme en particulier.


Jusqu’où se rendront les solidaires? Actuellement confiants en leur potentiel, le verdict nous sera révélé lors du scrutin de 2022.


16 views0 comments

Comments


bottom of page